Vos questions sont entre de bonnes mains

Rectocolite hémorragique

Partager
Envoyer par email

La rectocolite hémorragique (RCH) est une maladie inflammatoire chronique de l'intestin.

  • Elle affecte toujours le rectum et remonte plus ou moins jusqu'au côlon droit, vers l'intestin grêle.
  • Elle débute habituellement en fin d'adolescence.

Causes de la rectocolite hémorragique

La RCH est une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, probablement d'origine auto-immune (le corps s'attaque lui-même), mais dont le facteur déclenchant reste inconnu.

Deux facteurs favorisants sont identifiés : la RCH est plus fréquente :

  • dans certaines familles : 10 % des cas sont liés à un terrain familial ;
  • chez les fumeurs et anciens fumeurs, surtout dans les mois qui suivent l'arrêt du tabac.

Symptômes de rectocolite hémorragique

Les poussées inflammatoires légères se traduisent par :

  • l'émission d'au moins 4 selles par jour, contenant des glaires et du sang,
  • des douleurs abdominales sur le trajet du côlon et du rectum,
  • une fièvre modérée et une discrète fatigue.

Ces signes sont beaucoup plus intenses lors des poussées sévères : jusqu'à 20 selles sanglantes par jour et une douleur abdominale très forte.

Entre les poussées, on observe parfois une ou plusieurs selles sanglantes et une sensibilité abdominale diffuse.

Dans quelques cas, des manifestations non digestives sont associées à la RCH :

  • une uvéite (inflammation de l'intérieur de l'œil),
  • des douleurs rhumatismales de la colonne vertébrale, du bassin, des hanches,
  • des anomalies cutanées de type psoriasis,
  • une inflammation des voies biliaires (cholangite sclérosante).

Évolution et examens de la rectocolite hémorragique

Évolution

Chaque poussée peut évoluer vers la rémission ou un jour, vers une aggravation incontrôlable par les médicaments.

Après chaque poussée, une rémission complète peut s'installer pour une durée imprévisible : de quelques jours à plusieurs années.

Les principales complications sont :

  • la perforation intestinale avec péritonite sévère,
  • la dilatation gazeuse du côlon,
  • l'hémorragie intestinale grave,
  • la septicémie,
  • l'évolution vers un cancer dans les RCH très anciennes.

Examens

L'examen de référence est la coloscopie, qui montre les lésions et permet de prélever des biopsies examinées au microscope.

Les analyses de selles vérifient l'absence de parasites ou de bactéries.

Les analyses de sang recherchent des désordres immunitaires et une éventuelle anémie.

Traitement de la rectocolite hémorragique

Le traitement médical des poussées légères ou modérées comprend

  • un régime sans résidus excluant notamment les fruits, les légumes et les céréales complètes ;
  • un médicament de type 5-ASA ou salazopyrine ;
  • de la cortisone par voie orale en cas d'échec.

Le traitement médical d'une poussée sévère comprend :

  • une alimentation uniquement par voie veineuse ;
  • de la cortisone ou de la ciclosporine (médicament immunosuppresseur) par voie veineuse ;
  • des transfusions et des antibiotiques si nécessaire.

Le traitement des complications et des poussées non contrôlées par le traitement est l'ablation chirurgicale du côlon (colectomie totale).

Entre les poussées, un traitement d'entretien par un médicament et la consommation régulière de probiotiques (yaourts spécifiques par exemple) est conseillé.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
dan abergel

soutien psychologique - psychothérapie - bilan neuropsychologique

Nouvel expert

rosine coutable

coach | thérapeute (hypnose, soin énergétique) | c'comhappy

Expert

nicolas masson

ostéopathe d.o déplacement à domicile | http://osteopatherueil.fr

Nouvel expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).
Ces médicaments sont des exemples du dictionnaire, sans rapport avec l'objet de cette page. Avant toute médication, consultez impérativement votre médecin ou votre pharmacien. Tous les médicaments

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas