Vos questions sont entre de bonnes mains

Hernie hiatale

Partager
Envoyer par email

La hernie hiatale est la remontée, permanente ou intermittente, du haut de l'estomac à travers l'anneau musculaire du diaphragme (hiatus) par lequel passent l'œsophage et les nerfs pneumogastriques. Elle serait présente chez 60 % des plus de 60 ans.

Causes de hernie hiatale

Les hernies hiatales congénitales, rares, s'inscrivent souvent dans le cadre d'une malformation du diaphragme à travers laquelle plusieurs viscères abdominaux envahissent le thorax, compriment les poumons et gênent le fonctionnement du cœur.

Les hernies hiatales acquises répondent à deux mécanismes :

  • le glissement, simple remontée dans le thorax de l'œsophage abdominal et du cardia (sommet de l'estomac) qui représente 90 % des causes de hernie hiatale ;
  • le roulement, dans lequel la grosse tubérosité de l'estomac passe à travers le diaphragme alors que le bas œsophage et le cardia restent en position abdominale. Cette forme plus rare résulte d'une malformation congénitale ou d'un traumatisme.

Dans quelques cas, il y a glissement et roulement à la fois.

Symptômes de hernie hiatale

Homme mature et médecin

Les principaux symptômes de la hernie hiatale sont ceux du reflux gastro-oesophagien favorisé par l'obésité abdominale, la grossesse, la constipation chronique, les efforts de toux ou de défécation

  • douleurs de la région gastrique ;
  • brûlures derrière le sternum, accentuée en position couchée ou penchée en avant, pouvant simuler une angine de poitrine ;
  • régurgitations acides provoquant une irritation de la gorge et de la bouche ;
  • modification de la voix ;
  • toux nocturne sans maladie pulmonaire ou bronchique.

Plus rarement, on observe

  • une anémie, due à un saignement minime, mais répété du bas œsophage,
  • une véritable hémorragie avec vomissement de sang,
  • des palpitations,
  • une gêne respiratoire.

Toutefois, un grand nombre de hernies hiatales ne se manifestent par aucun symptôme.

Évolution de cette hernie

La hernie hiatale peut rester silencieuse et ne jamais inquiéter le sujet.

Ses principales complications sont, en dehors des risques de saignement ou d'hémorragie :

  • l'oesophagite, inflammation du bas œsophage mal protégé contre les sucs gastriques acides ;
  • les ulcères du bas œsophage, avec un risque de cancérisation surtout chez le fumeur ;
  • le rétrécissement oesophagien, cicatrice d'une oesophagite chronique ;
  • une intolérance digestive majeure, plus fréquente dans les hernies par roulement.

Examens d'une hernie hiatale

Quand le médecin évoque une hernie hiatale, il peut reproduire en partie les douleurs ou les brûlures en appuyant fortement sur la région de l'estomac ou en penchant le patient en avant.

La fibroscopie gastrique confirme le diagnostic et évalue les complications éventuelles.

En cas d'impossibilité de la fibroscopie, le diagnostic peut être fait grâce à une radiographie avec injection de produit opaque aux rayons X, le TOGD (transit oesogastroduodénal).

D'autres examens, comme la manométrie qui mesure les pressions dans l'œsophage, ne sont pratiquement plus utilisés en dehors des programmes de recherche.

Traitements de la hernie hiatale

Les hernies hiatales volumineuses, dont les hernies par roulement, sont traitées par la chirurgie.

Les autres hernies hiatales relèvent d'un traitement médical et hygiéno-diététique.

Les médicaments

L'acidité gastrique est réduite par la prise d'antisécrétoires, de type IPP (inhibiteurs de pompe à protons), cisapride ou anti-H2 (cimétidine, ranitidine) qui diminuent la production d'acide chlorhydrique.

La remontée de sucs gastriques acides est contrôlée par la prise en fin de repas de pansements gastriques qui se gélifient en milieu acide, formant un bouchon à la surface du contenu de l'estomac.

Les mesures hygiéno-diététiques

Elles sont aussi efficaces pour prévenir la hernie hiatale que pour en soulager les symptômes

  • perdre du poids en cas d'obésité abdominale ;
  • éviter les boissons gazeuses, l'alcool, le vinaigre, les jus de fruits acides, le café ;
  • éviter les épices, les graisses cuites, les fritures ;
  • ne pas fumer ;
  • fractionner les repas en 5 ou 6 petites prises au lieu que 2 gros repas ;
  • manger lentement, en mastiquant bien les aliments ;
  • ne pas se coucher au moins une heure après un repas (sieste, coucher du soir) ;
  • ne pas porter de vêtements, de gaines ou de ceintures serrées ;
  • surélever légèrement la tête du lit.

En cas d'échec du traitement médical, une opération chirurgicale peut être parfois envisagée.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
bruno leclerc

chiropracteur diplomé "doctor of chiropractic" usa | cabinet chiropratique bruno leclerc

Nouvel expert

jean-baptiste gelle

ostéopathe | workosteo , ostéopathie en entreprise

Expert

sylvie voullemier

expert relation corps / mental | cours à domicile - marseille

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits



Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas