Vos questions sont entre de bonnes mains

Ballonnement, météorisme

Partager
Envoyer par email

Comprendre les causes des ballonnements.

Le météorisme ou ballonnement abdominal est une augmentation de volume de l'abdomen lié à une ingestion (dans l'estomac) ou une production excessive (dans le côlon) de gaz.

Causes de météorisme gastrique

Le météorisme gastrique est dû à la présence d'excès d'air dans l'estomac par :

  • ingestion trop rapide d'aliments pas assez mastiqués,
  • ingestion répétitive d'une production excessive de salive, chez les anxieux par exemple,
  • mastication prolongée de chewing-gum,
  • absorption de boissons gazeuses (sodas, eau pétillante, cidre),
  • déglutition volontaire d'air à la recherche d'éructations, un jeu fréquent et anodin chez l'enfant.

Causes de météorisme intestinal

Il n'y a normalement pas ou très peu de gaz dans l'intestin grêle.

La présence d'un météorisme intestinal, facilement vérifiable par une simple radiographie, évoque avant tout une occlusion intestinale et toutes ses causes possibles, intestinales ou coliques, ou une constipation prolongée.

Causes de météorisme colique

Le météorisme colique est dû à un excès de production pendant la phase finale de la digestion. Les principales formes possibles sont la fermentation d'aliments farineux ou cellulosiques et la putréfaction de protéines non digérées.

Les gaz de fermentation, riches en méthane et en gaz carbonique, sont globalement inodores.

Les gaz de putréfaction, contenant de l'ammoniac et de l'hydrogène sulfuré, ont souvent une odeur désagréable.

Les principaux facteurs favorisants sont :

  • les erreurs diététiques avec déséquilibre important en faveur des féculents ou des aliments protéiques,
  • les excès de fibres végétales semi-dures, telles les pectines,
  • la digestion insuffisante des protéines par défaut d'acide chlorhydrique dans l'estomac,
  • le ralentissement du transit intestinal, la constipation, quelle qu'en soit la cause,
  • la modification de la flore intestinale, notamment après la prise d'antibiotiques,
  • les maladies avec malabsorption intestinale.

Les aliments qui produisent beaucoup de gaz coliques : artichauts, haricots secs, choux de Bruxelles, oignons et autres bulbes (échalote, ail), céleri, topinambours, jus de pruneau, raisins secs, germes de blé, beignets.

Les aliments qui peuvent être mal tolérés : pomme de terre, aubergine, agrumes, pommes, pâtes, pain (complet le plus souvent), fromages, fibres végétales dures.

Prévention du ballonnement

Pour diminuer le risque de météorisme :

  • évitez les boissons gazeuses,
  • mangez lentement en mastiquant bien vos aliments,
  • diminuez le volume de vos repas,
  • équilibrez vos menus, évitez les graisses cuites,
  • faites un peu d'exercice après les repas,
  • ne portez pas de vêtements serrés qui freinent la digestion,
  • ne fumez pas à jeun,
  • relaxez-vous.

Qui consulter en cas de ballonnements ?

En dehors de la suspicion d'occlusion intestinale, il n'y a aucune urgence. Le médecin traitant trouvera la cause du météorisme et proposera les mesures appropriées à cette cause.

Le volume de gaz colique peut être réduit par des produits absorbants à base d'argile, de silicone, de kaolin ou de charbon animal.


Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
rosine coutable

coach | thérapeute (hypnose, soin énergétique) | c'comhappy

Expert

marie-dominique santoni

naturopathe et massages de relaxation

Expert

thomas lagrange

ostéopathe à montpellier, quartier antigone | thomas lagrange ostéopathe

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Produits


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

Avec notre newsletter hebdo, recevez enfin des réponses fiables à vos questions du quotidien dans votre boite aux lettres !

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.

Liens rapides

Tout le guide pratique digestion

Tout le guide pratique

Maladies du pancréas